Nous sommes les producteurs de sel de l’Atlantique

Nous sommes
les producteurs de sel
de l’Atlantique

Créée en 2007, l’Association Française des Producteurs de Sel marin de l’Atlantique récolté manuellement est le fruit de la volonté commune des producteurs de sel marin de la façade atlantique récolté à la main de défendre leurs intérêts collectifs :

• la Coopérative Les salines de Guérande

• la Coopérative de sel de Noirmoutier

• la Coopérative des sauniers de l’Ile de Ré

• l’Association des producteurs de sel marin de l’Ile de Ré

Le Président de l’AFPS est Christophe Annaheim.

Nos missions

• Protéger et défendre les intérêts collectifs de nos membres, producteurs de sel marin de l’Atlantique récolté à la main.

• Représenter nos membres au sein de la Fédération européenne des producteurs des sels marins ainsi qu’auprès des instances nationales et européennes.

• Elaborer et porter les démarches collectives de valorisation de sel marin de l’Atlantique récolté à la main.

Ce que nous défendons

Notre produit :
la fleur de sel de l’Atlantique

Légère, craquante et fondante, la fleur de sel se forme à la surface de la saumure des cristallisoirs utilisés pour la récolte artisanale de sel océanique, généralement l’après-midi.
L’apparition de la fleur de sel est aléatoire car étroitement liée aux conditions météorologiques : un temps sec, ensoleillé et venté est indispensable à la formation de ses cristaux.
Produit d’exception, la fleur de sel est 100 % naturelle : elle ne subit aucun lavage, blanchiment ou traitement après sa récolte.  

Notre savoir-faire :
la récolte en surface et à la main

La fleur de sel de l’Atlantique est récoltée selon un savoir-faire traditionnel. Sa cueillette a toujours été manuelle quel que soit le site de production : elle est effectuée à l’aide d’une lousse, outil spécifique qui permet de ramasser délicatement la fleur à la surface de l’eau dès qu’elle se forme.

Notre modèle économique : les petits producteurs

La culture du sel marin récolté manuellement (gros sel et fleur de sel) fait vivre 600 petits producteurs sur les îles de Ré et Noirmoutier et la Presqu’île de Guérande. Le revenu de la fleur de sel peut représenter jusqu’à la moitié de leur chiffre d’affaires.
Qu’ils soient regroupés au sein de coopératives ou producteurs individuels, nous sommes solidaires de ces femmes et de ces hommes passionnés, exigeants et fiers de leur métier.

Nos terroirs :
les marais salants de la façade atlantique

Les marais salants sont cultivés de manière artisanale depuis le VIIe siècle. Sauniers et paludiers ne produisent pas seulement du sel, mais par leur connaissance intime de ces espaces entre terre et mer, ils contribuent à la protection et à la valorisation de ces sites et paysages exceptionnels, à forte valeur patrimoniale et touristique.

Nous nous mobilisons depuis 30 ans pour protéger la fleur de sel, cueillie en surface et à la main.

Aujourd’hui, faute de définition légale, n’importe quel produit peut être vendu sous cette appellation.
Des acteurs industriels français commercialisent ainsi en tant que fleur de sel un produit tout à fait différent, des cristaux coulés dans la saumure et récoltés à la pelle au fond des cristallisoirs. Ce produit est bien loin de la fleur de sel récoltée par les petits producteurs de l’Atlantique. Des analyses réalisées par un laboratoire indépendant l’ont démontré. Il s’agit là d’une concurrence déloyale auprès des consommateurs.

Face à la neutralité des autorités françaises, nous avons engagé une démarche pour faire reconnaître la fleur de sel à l’échelle européenne : un dossier de Spécialité Traditionnelle Garantie (STG), qui permettra de définir la fleur de sel par son mode de cueillette traditionnel, en surface et à la main.

Nous nous sommes également mobilisés, avec l’aide des producteurs traditionnels d’Europe, contre la démarche d’Inscription Géographique Protégée « fleur de sel de Camargue » : ce produit récolté à la pelle au fond de l’eau ne présente pas les caractéristiques de la fleur de sel.